Patrimoine

A 15 km au Nord-est d’Angers, Villevêque s’étend sur un plateau et dans la vallée du Loir. Du pont, on apprécie la charmante vue qui se découvre sur la rivière, le moulin et le château couronnant majestueusement les alentours. Celui-ci appartenait aux Evêques d’Angers qui en avaient fait leur résidence d’été.

Le village lui doit son nom : « Pariocha de Vila Episcopi » (1259); « Villelévesque » (1289); « La Paroiesse de Vile évesque » (1295); « Burgus, castraum de Villa Episcopi » (1292)… De ces diverses appellations, on passe à la dénomination de Villa l’Evêque qui se transforme, vers la fin du 16ème siècle, en Villevêque.

L’oeuvre de l’église atteste que le centre de la paroisse est au moins, dès le XIème siècle, le bourg actuel. Il est probable que cette paroisse fut détachée de celle de St Sylvain qui appartenait à la Trésorerie du Chapitre de St Maurice. On s’explique ainsi la construction d’un manoir épiscopal au bourg qui devient le domaine propre de l’Evêque. Ville-Evêque, avec un véritable château-fort, commande le passage du Loir et la communication entre les principales routes.

L’église Saint-Pierre

L’église St Pierre présente une nef unique du début du XIème siècle. Le mur nord, sans contreforts, est percé de grandes fenêtres à boutisses. Les fenêtres méridionales montrent que le volume de cette nef n’a pas été modifié. Elle est couverte d’une voûte de lambris datée de 1771. La porte sud a été refaite au XIXème. Un beau et haut clocher fut accolé à la nef à la fin du XIème : trois étages dont deux décorés de fausses arcades, le troisième à doubles petites baies cintrées portées sur une colonnette avec chapiteau du XIème. Le choeur, de largeur identique à la nef, à chevet plat et à fenêtres ogivales est du XIIIème. Elle était entourée par une galerie extérieure sur deux côtés, au sud et à l’ouest, qui servait de porche à l’entrée principale et de lieu de rassemblement pour la « communauté des habitants » avant la Révolution. Celle-ci fut détruite en 1903 par le curé Budan avec l’accord de la municipalité de l’époque, afin d’en utiliser les matériaux pour la reconstruction des sacristies et la restauration du chœur.

La sonnerie du clocher roman

En 2004, à l’occasion des journées du patrimoine, la commune et le conseil général ont présenté une exposition sur la sonnerie du remarquable clocher roman :
– présentation de la grosse cloche
présentation de la cloche moyenne
présentation de la petite cloche
– présentation de l’horloge d’édifice

Le presbytère

Le presbytère, situé face à l’église, conserve en apparence la porte d’entrée en arc surbaissé et ses lucarnes du XVIIème. Il fut vendu nationalement le 26 prairial, an IV, au citoyen Florent Manceau, perruquier à Angers. Il est racheté par la commune le 16 juin 1825. Des travaux de restauration sont exécutés en 1826 et 1857.

Le musée-château

Forteresse bâtie au 12e siècle, le musée-château de Villevêque présente les œuvres léguées par Marie Dickson-Duclaux en 2002 à la ville d’Angers pour en faire une annexe du musée des Beaux-arts. Elle suit en cela les volontés de son époux, Daniel Duclaux, décédé en 1999. Ce dernier, riche industriel et amateur d’art éclairé, a constitué une importante collection d’œuvres d’art du Moyen Age et de la Renaissance.
Ses acquisitions, s’échelonnant de 1950 à 1990 environ, sont très variées et documentées. L’intérêt de Daniel Duclaux s’est principalement porté sur une période allant du 12e au 16e siècle, avec quelques achats d’œuvres antiques et chinoises. Toutes les domaines de création sont représentées : mobilier, tapisserie, textile, sculpture, peinture, dessin, gravure, enluminure, manuscrit, émail, faïence, orfèvrerie … Cet éclectisme éclairé illustre bien les goûts d’un amateur passionné.
Un parcours inversé de la Renaissance au Moyen Age, présente des objets  d’art aux techniques variées : céramiques hispano-mauresques et italiennes, statuettes italiennes en bronze (15e et 16e siècles), émaux du limousin (12e siècle), têtes d’apôtre en pierre (13e siècle), sculptures en bois polychrome (15e siècle), tapisserie (Flandres, vers 1500).
Cette présentation, avec la rénovation du clos et du couvert et l’ouverture du parc au public constitue la première phase d’un projet d’aménagement qui devrait se développer dans les années à venir. (source : site internet des musées d’Angers)

Le moulin de Froment

Il semble qu’il y ait eu, à Villevêque et sur ses limites, au cours des temps, au moins 8 moulins à eau et presque autant de moulins à vent.

Moulin à eau :
Sur les 3 du bourg de Villevêque, seul le Moulin à Froment, avec sa roue à aube, subsiste. Il accueille actuellement le Syndicat d’Initiative.

Parmi ces 3 moulins, on eut tour à tour ou simultanément :
– un moulin à foulon
– un moulin à papier
– un moulin à seigle
– un moulin à huile- et vraisemblablement un moulin à martinet (forge)

Scroll to top
Scroll to top